Histoire de mes seins

Extraits d’article de presse

«Avec un humour sans colère mais au contraire plein de tendresse et de sensualité, Monique Ayoun décrit le parcours de la combattante des bonnets E. C’est la guerre en bretelles ! (…) Toutes les facettes de ce volumineux problème d’identité sont examinées ici dans de courts textes facétieux, avec une délicatesse de ton et une gentillesse de fond bien agréables (…) Un livre que Fellini aurait adoré !… » Patrick Besson (Marianne)
« Il s’agit du parcours sentimental et sensuel d’une paire de seins, hors normes il est vrai, depuis le jour où ils ont jailli du torse d’une petite fille étonnée, jusqu’à ceux, ou découvrant leur pouvoir de fascination, ils jouissent et s’amusent (voire s’agacent) du regard qu’on leur porte. Tout un programme ! » Guillaume Cherel (Le Point)
« Avec un humour acidulé, Monique Ayoun raconte l’histoire d’une jeune femme vue depuis ses bonnets… » Romain Bassoul (Biba)
« Ce livre traduit avec humour, dessins à l’appui, des tracas bien réels, des plaisirs aussi, une cascade de souvenirs caustiques. » Jérémy Fraise (Zoo)
« Illustré par un Wolinski très en forme(s), Histoire de mes seins est un peu une… autobiographie, l’auteur étant elle-même dotée dune anatomie particulièrement aérodynamique ! » Richard Cannavo (Le Nouvel Observateur)
« La journaliste Monique Ayoun possède des attributs naturels qui ont impressionné bien des regards. Elle en a fait un livre, drôle et émouvant à la fois, dans lequel elle raconte son histoire avec ses seins opulents. » (Psychologies)
« On les aime, on les cajole, on les exhibe et vous ne manquerez pas de rire à gorge déployée en feuilletant l’album que leur consacrent Monique Ayoun et son complice Wolinski. En 80 chapitres, c’est un désopilant hommage à tous les nibards, doudounes et roberts de la terre… » (La Provence)
« Un livre de fille à glisser entre toutes les mains : garçons, femmes complexées (ou pas) par leurs nénés (= moins dix ans d’analyse)… » (Vingt ans)
« Ils sont deux, ils sont volumineux, ils sont très présents (…) Non contents d’être fort visibles, ils sont bavards et critiques les bougres. De leur naissance à l’observation de leurs premiers émois, de la fascination qu’ils provoquent à leur exhibition intéressée, les deux inséparables passent à la moulinette quelques instants croustillants de leur si étonnante vie. » (Bédéka)
« Ils sont ronds et beaux. Gros, très gros. Et lourds, très lourds à porter pour une fille de 11 ans. Heureusement, au fil des années, tout s’arrange et Monique se redresse, fière et cam-brée, pour présenter ses tétons aux regards enflammés ou jaloux… » (Bodoï)
« Opulente cascade de chair, bouclier d’amour, pigeonnier conquérant : les seins appellent les métaphores (…) Monique A. raconte avec la légèreté qui sied à l’opulent sujet, des scènes de la vie gourmand illustrées par Wolinski. Une somme rondelette. » M.E.B.

histoire de mes seins_L_HUMANITE_DIMANCHE

article dans psychologies

article dans le mague

presse seins Marie claire

Marie claire page 1

presse seins Marie claire 2-2

Marie claire page 2

presse seins lui 2-2

Lui

 

presse seins lui 1-2

Lui

 

presse seins Biba

BIBA

Article Marianne

Marianne

presse nouvel obs

Nouvel Obs

presse Vingt ans

Vingt ans

LE POINT

Le point

Journal à Marseille

Journal à Marseille

Psychologies

Psychologies

 

 

Ce contenu a été publié dans Presse. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *